panthere alliance nationale kajyn

Sport, Santé, Bien-être et Sécurité pour tous

Le contenu de cette page est obsolète.
Une nouvelle version est consultable sur
http://paris.kajyn.com/art-martial/jiu-jitsu-bresilien-grappling-no-gi

[ JIU ] Jiu-jitsu brésilien
avec Jeremy Idels : un technicien surdoué

  • Description
  • Vidéos
  • Horaires et tarifs

[ paragraphe en cours de rédaction ]

Le Gracie jiu-jitsu, ou école principale du jiu-jitsu brésilien (Brazilian jiu-jitsu ou BJJ), est un art martial brésilien dérivé de techniques de Judo et de Ju-jitsu importées du Japon au Brésil par Mitsuyo Maéda vers 1920, puis développé par la famille Gracie. C'est un art martial jeune et en permanente évolution. Bien que peu médiatisé en Europe, il est réputé au Brésil, aux États-Unis et au Japon. Le jiu-jitsu brésilien est une lutte au sol se pratiquant traditionnellement avec un keikogi (souvent improprement appelé kimono). Chaque technique de finalisation se termine soit par un étranglement soit par une luxation (nuque, épaule, coude, poignet, hanche, genou, cheville). Mitsuyo Maéda, né au Japon en 1879, pratiqua d'abord le sumo, avant d'entrer au Kodokan (école de judo de Jigoro Kano créée en 1882) en 1897. En 1904, alors 4e dan de judo, il partit aux États-Unis, avec Tsunéjiro Tomita, pour faire la démonstration de cette nouvelle discipline en affrontant des lutteurs. Il effectua un premier séjour au Brésil en 1907, puis en 1914 (à Belém), et participa à l'établissement de la colonie japonaise au Brésil en 1920. Au cours de ces séjours au Brésil, il participa à des combats de lutte libre (vale-tudo) pour montrer la supériorité du Kodokan (école de judo fondée par Jigoro Kano) et pour gagner un peu d'argent. Il fut alors surnommé « Conde Koma ». Durant cette période, il fut aidé par Gastão Gracie, descendant d'une famille écossaise. En remerciement, il enseigna l'art du combat à son fils, Carlos Gracie, qui l'enseigna à son tour à ses frères, Oswaldo, Gastão Jr, George Jr (Gastao et Cesalina Gracie avaient huit fils). Devenu leader du clan Gracie, le jeune élève Carlos qui était attiré par le combat réel modifia rapidement les techniques apprises par le comte Koma pour l'adapter à la réalité brésilienne. Carlos Gracie commença à tester lui-même ses techniques en lançant lui aussi des défis. Carlos Gracie avait la réputation de combattre n'importe qui, sans distinction de taille ou de poids. Il demeura invaincu et devint une légende au Brésil. Helio Gracie était un autre frère de Carlos, mais le médecin lui avait déconseillé de pratiquer, en raison de sa santé fragile et il se contentait donc de regarder et d'écouter l'enseignement de son frère. À l'âge de 16 ans, il remplaça Carlos lors d'un cours, en se servant de ce qu'il avait mémorisé. Il commença ainsi la pratique du ju-jitsu, mais repensa le ju-jitsu traditionnel avec l'esprit brésilien et adapta les mouvement à sa propre physionomie, étant de petit gabarit (1m65, 64 kg). Il créa ainsi un art martial propre, qui reste jeune par rapport à son ancêtre japonais. Une première tentative d'imposer cet art martial face à l'école japonaise échoua ainsi en 1951, avec la défaite d'Helio Gracie face au champion du Japon de Judo, Masahiko Kimura. Celui-ci récidivait 8 ans plus tard en venant à bout de Santana, champion de Gracie Jiu-Jitsu (1 victoire et 1 nul). Aujourd'hui, des Académies de jiu-jitsu brésilien se sont créées un peu partout, chaque membre de la famille Gracie dirigeant sa propre académie (ou presque), même si le nombre de pratiquants reste restreint en Europe. Contrairement à la majorité des arts martiaux, qui privilégient le combat debout, pieds et poings, le ju-jitsu brésilien se focalise sur le combat au sol, domaine extrêmement technique et où le gabarit joue moins. L'expérience montre en outre que les bagarres de rue entre deux adversaires se terminent souvent au sol.

Cela s'avère d'autant plus juste si l'un des deux adversaires a fait le choix de combattre au sol. En effet, on peut souvent forcer un adversaire à aller au sol, alors qu'en revanche on ne peut jamais obliger l'autre à combattre debout. Dès lors, la victoire dans un combat libre entre deux adversaires passe généralement par une maîtrise des techniques de combat au sol. Il en résulte une place nettement moins importante laissée en matière de projections ou de techniques de frappe du jiu-jitsu brésilien par rapport aux autres arts martiaux. Le jiu-jitsu brésilien et son application en vale-tudo (combat libre en portugais) se sont révélés particulièrement efficaces lors de la création en 1993 des Ultimate Fighting Championships ou UFC qui virent la victoire de Royce Gracie, ou encore à l'occasion des défis remportés par Rickson Gracie, véritable légende des arts martiaux.

Mitsuyo Maeda, né au Japon en 1879, pratiqua d’abord le Ju-Jitsu de l’école Tenshin-Shinyo-Ryu en 1896, avant d’entrer au Kodokan (école de judo de Jigoro Kano) en 1897. En 1904, alors 4e dan de judo, il partit aux États-Unis d’Amérique, avec Tsunejiro Tomita, pour faire la démonstration de cette nouvelle discipline en affrontant des lutteurs. Il effectua différents séjours au Brésil en 1907 et participa à l’établissement de la colonie japonaise au Brésil en 1920. Au cours de ces séjours au Brésil, il participa à des combats de lutte libre (vale-tudo) pour montrer la supériorité de l’école de Judo Ju-Jitsu japonais et pour gagner sa vie. Surnommé “Conde Koma” ou le “comte des combats”. Il fut aidé par Gastao Gracie, descendant d’une famille écossaise. En remerciement, il enseigna l’art du combat à son fils, Carlos Gracie, qui l’enseigna à son tour à ses frères. Devenu leader du clan Gracie, le jeune élève Carlos qui était attiré par le combat réel modifia rapidement les techniques apprises par le Comte Koma pour l’adapter à la réalité brésilienne. Carlos Gracie commença à tester lui-même ses techniques en lançant lui aussi des défis. Carlos Gracie avait la réputation de combattre n’importe qui, sans distinction de taille ou de poids. Il demeura invaincu et devint une légende au Brésil.

Professeur : Jeremy Idels

Jeremy Idels professeur de Jiu Jitsu Brésilien au Kajyn

Dans un combat libre ( free fight ) comme dans une bagarre de rue contre un seul adversaire, il est très souvent possible de forcer l'adversaire à combattre au sol plutôt que debout. Les techniques de combat au sol du jiu-jitsu brésilien sont réputées pour leur efficacité. Cette forme de lutte se termine soit par un étranglement soit par une luxation et permet à de petits gabarits d'en maîtriser de beaucoup plus gros. Un enseignement exclusivement réservé aux adultes les plus combatifs.

  • Jeremy Idels : un talent hors compétition
  • Jéremy débute le Jujitsu Brésilen en 1998 avec Christian Duval, puis avec Aziz Chérigui.
  • En 1999 il intègre l'école de Marcello avec André Vieira.
  • En 2000, il représente le groupe Nova Unico et obtient la ceinture violette devant Steve Da Silva.
  • En 2000, il est vainqueur de la 1ere coupe d'europe de Jiu Jitsu Brésilien

Témoignages

Lo, je connais personnellement Jérémy Idels, le professeur de jiu-jitsu brésilien du Kajyn, et de tous les clubs où je me suis entraîné, c'est certainement un des meilleurs techniciens que je connais. www.kwoon.info

Personnellement je te conseiller 3 clubs : Le xxxxxx, le club de Jeremy Idels au Kajyn et le Cercle Tissier. (ce sont 3 club acces technique) [...] . Flavio Perroba et la luta livre c'est vraiment TOP!! Très bon club, très bon prof et très bon technicien mais c'est dur, voir très dur, physique, alors si t'es pas acces compet j'suis pas sur que ca te plaise. www.kwoon.info

Niko Han (Ceinture noire Indonésienne), m'a dit qu'il s'était entrainé avec Patrick Bittan et Jeremy Idels (qui me semble être un des pionniers également dans le JJB tricolore) chez Rickson Gracie à LA (si mes souvenirs sont bons) en 98. [...] C est vrai, Jeremy s entrainait bien chez Rickson en 98, j etais a los angeles avec lui. on etait ceinture blanche a l epoque mais deja il setait demarque par sa capacite a comprendre le BJJ. je ne suis pas trop sur a qui tu penses quand tu parles de passer de bleue a noire mais je peux te guarantir que jeremy a merite chacune de ses ceintures. je me rappelle de ses voyages frequents a Las vegas ou il a acquis ses grades lentement et patiemment. Je comprends tres bien que pour proumouvoir le BJJ a ses debuts, certains professeurs aient decide de porter leur ceinture noire, dautant plus que la plupart avaient deja une ceinture noire de Judo. Mais il faut tout de meme reconnaitre le courage de ceux, comme jeremy ou Andre Vieira par exemple, qui ont ouvert leur propre ecole en ne portant qune ceinture violette a lepoque ou le sport etait pratiquement inconnu. a l epoque pouvoir s entrainer avec un bresilien ceinture bleue c etait du luxe!! www.ikusa.fr

Rien a dire. Le prof est excellent ( Jeremy Idels), bonne ambiance dans l ensemble. Tout les niveaux sont present aux cours. web martial

Section [ JIU ]

Jiu-Jitsu brésilien pour adultes à partir de 18 ans

Pour pratiquer vous avez besoin :

  • d'une cotisation prioritaire ou d'un Pack
  • d'une adhésion annuelle au club valable du 31 août au 31 août
  • d'une licence-assurance annuelle valable du 31 août au 31 août
  • d'un certificat médical de non contre indication à la pratique du sport

Horaires et tarifs | Offres | Inscription

Autres documents